Le Parc du Péry à Fraineux

En 2014, nous avons répondu à un appel à projets en vue de lutter contre l’érosion de la biodiversité. Sélectionné, notre projet a permis diverses réalisations dans les quatre villages de la commune et notamment dans le parc du Péry à Fraineux: pose d’hôtels à insectes, plantations mellifères favorables aux insectes pollinisateurs, placement de nichoirs à passereaux et rapaces, dans le bois et à hirondelles sur les bâtiments communaux…

Parmi ces réalisations, nous avons inscrit une action qui nous tenait particulièrement à cœur, la restauration de la mare du parc du Péry. Le travail, réalisé par nos ouvriers communaux, consistait à recreuser la mare, la dégager de la végétation envahissante, aménager ses abords et reconstruire le caillebotis lui donnant accès.

Ces interventions dans le parc représentaient pour nous le début d’une réhabilitation plus complète du site, preuve que notre intention est bien de maintenir le parc comme espace vert de détente, de loisirs et aussi comme site didactique.

Tout cela aurait pu être socialement et pédagogiquement exploité si une recommandation du Département de la Nature et des Forêts (DNF) n’avait obligé le bourgmestre à prendre un arrêté de police interdisant l’accès au parc pour des raisons de sécurité publique. En effet de nombreux arbres malades, dont des frênes, menacent de tomber. Le travail d’abattage devrait se faire dans le courant de cet automne.

Le Plan Maya

Dès 2013, première année de la législature, nous embarquons la commune dans les objectifs du Plan Maya, programme d’actions en faveur de la biodiversité et des insectes pollinisateurs, parmi lesquels bien sûr, les abeilles, si menacées de nos jours.

. Plantation de haies à l’espace des Saules, sur la parcelle communale rue sur Haies.
. Abandon progressif des produits phyto pour traiter les espaces publics, au profit de méthodes mécaniques ou thermiques
. Plantations d’arbres fruitiers rue de la Gendarmerie, à Sotrez, rue sur Haies.

. Mise en place du fauchage tardif.

 

 

Les Journées de l’arbre

Chaque année, la commune a organisé une journée ou une semaine de l’arbre, aux alentours de la Sainte-Catherine, le 25 novembre. Distribution de plants, stands et ateliers divers, conférences, balades, … Autant d’animations qui, à chaque fois, ont attiré de nombreuses personnes.

Le bocage de Saint-Séverin

Grâce à un fructueux partenariat entre la Fabrique d’église de Saint-Séverin, le Plan Communal de Développement de la Nature, l’asbl Natagora et deux agriculteurs, c’est tout un milieu bocager qui a été reconstitué dans le centre du village de Saint-Séverin. Le bocage était le paysage d’autrefois, fait de nombreuses haies, de bosquets, de vergers. Ainsi, grâce à ce projet, la haie le long du sentier Li Voye des Messes a été reconstituée, un verger d’environ 70 arbres a été recréé de part et d’autre du sentier, une mare sera bientôt creusée et des abris à chauve-souris ont été placés dans les combles de l’église.

Les enfants de l’école de Saint-Séverin ont participé à la plantation de la haie.

Les opérations « Communes et Rivières propres » et BeWapp.

Chaque année, au printemps, la commune s’inscrit dans les opérations de nettoyage des déchets sauvages: « Communes et Rivières propres », proposée par les Contrats de Rivière, et l’opération Be Wallonie Plus Propre. Des groupes de citoyens, aux quatre coins de la commune se rassemblent pour ramasser les déchets qui parsèment et polluent nos bords de routes, talus et cours d’eau.

Le projet batraciens

Chaque année au début du printemps, lors des migrations des batraciens, un membre du PCDN et membre Ecolo mène l’opération de sauvetage.

L’opération se fait là où les migrations printanières vers les mares traversent une route, ici rue Haie Monseu, au Chawetay.
Il s’agit de placer une bâche et quelques seaux, de manière à bloquer le passage et à récupérer les batraciens dans les seaux. On les transporte alors de l’autre côté de la route. Des centaines de grenouilles, crapauds, tritons sont ainsi sauvés chaque année.

Share This