Bienvenue sur Ecolo Nandrin!

Merci pour votre visite! Vous êtes les bienvenus et nous vous encourageons à nous contacter, à nous rejoindre,  à nous donner vos avis et commentaires!  

Dans l’onglet « La locale » vous trouverez quelques informations et les activités que la locale organise ou auxquelles les membres participent.

Dans l’onglet « Projets et réalisations » vous trouverez la liste de quelques-uns des projets que nos élus ont portés au Collège et au Conseil Communal.

Les dernières actualités

La ferme de Bourgogne

La future brasserie

La salle de production

La future salle de dégustation

Le matériel

 

 

Eté 2020:  Vie locale

Bientôt une microbrasserie bio à Nandrin! Interview de Jean-François Rigo

Local, bio et convivial.

Les choses bougent ! L’écologie est dans l’air, le bio se porte de mieux en mieux, les sentiers sont de plus en plus empruntés, la consommation se fait de plus en plus locale. Et Nandrin n’est pas en reste !

Nous avons eu envie de rencontrer les citoyens de notre commune qui agissent pour le bien de notre planète, pour nous garder en bonne santé, mais aussi (surtout ?) pour favoriser des contacts plein de convivialité !

Nous nous sommes rendus au nord de notre commune de Nandrin, à Villers-le-Temple, sur la première colline de l’Ardenne condruzienne. On voit bien que le Condroz fut un plateau : les prairies sont larges, assez plates. Elles auraient permis aux armées de Bourgogne et de France d’établir leur campement au XVème siècle, en route vers Liège et les 600 Franchimontois, ce qui aurait donné le nom de ce lieu-dit : Bourgogne. Merci à Charles le Téméraire et Louis XI…

Nous rencontrons Jean-François Rigo, qui compte effectuer un belle reconversion, de fermier en brasseur !

Bonjour Jean-François,

Depuis combien d’années pratiques-tu l’élevage bovin ?

Jean-François RIGO – En 1982, je suis arrivé à Villers-le-Temple, au Neufmoulin. Mais14 ans plus tard, en 1996, j’ai pu m’installer à Bourgogne, qui est plus isolé, moins urbanisé…

Tu ne produits pas de viande, juste du lait ?

Si, j’ai fait un peu de viande, de la Blanc-bleue mixte, mais j’ai surtout eu au départ des Holsteins, pour la production de lait.

Et pourquoi es-tu passé à la production de lait bio ?

A la demande d’un fromager, et sans aucun regrets ! En 2009, avec la crise laitière et les petits quotas, j’ai pris des Montbéliardes. Ces vaches produisent un lait beaucoup plus riche en protéines, alors que les Holsteins sont vraiment des usines à lait, avec du lait très gras qui ne convient pas pour faire du fromage.

 Ton lait bio était donc destiné à une fromagerie ?

Oui, la fromagerie du Samson, entre Andenne et Namur, était en plein développement. Mais je fournissais aussi la laiterie.

Cette fromagerie ne produit que du fromage bio ?

A l’heure actuelle, oui.

Pourquoi ne fournis-tu plus la laiterie, à présent ?

Les Montbéliardes ne sont pas des usines à lait, et la production est irrégulière. La laiterie est une laiterie industrielle, et elle ne supporte pas ceux qui sont irréguliers, un peu rebelles,  et je me suis fait jeter ! Heureusement, la fromagerie du Samson marchait vraiment fort bien, et elle a pu m’acheter toute la production.

Mais tu vas bientôt vendre le fromage bio du Samson, alors que paradoxalement tu arrêtes l’élevage…Tu prends ta pension, en somme ?

En fait, je désire arrêter la traite, pour un confort de vie, mais je ne m’estime pas pensionné, je change d’activité, j’ai d’autres projets…

Comme héberger des chevaux…

Oui, j’en ai déjà une trentaine, des chevaux qui mangent bio, puisque toutes mes prairies le sont ! Je compte aussi ouvrir un gîte…Je garde également une dizaine d’hectares de cultures…

 Bio, bien entendu…

Bien sûr ! Pour du fourrage, luzerne, trèfle, mais aussi un peu de froment, des pois protéagineux…

 Et tu vas assumer une nouvelle passion ! Prévue de longue date, car tu as eu une formation adéquate ?

Oui, deux ans à l’IFA PME de Villers-le-Bouillet, en microbrasserie.

 Tu es content de cette formation ?

Oui, vraiment, des formateurs très compétents, dont celui qui brasse la Lupulus !

 Tu vas donc ouvrir une microbrasserie !

Avec consommation uniquement sur place. La bière sera destinée aux propriétaires des chevaux, mais aussi aux promeneurs après une bonne marche en forêt, lors d’une ADEPS par exemple, ou à tout ceux qui ont envie de savourer une bière locale dans un lieu convivial!

 Ta bière sera bien sûr bio. Où vas-tu te procurer les ingrédients (malt, levure, houblon)? Penses-tu utiliser en plus un ingrédient « spécial » ?

Non, ce sera de la bière, sans adjonction particulière. Je me procurerai le malt dans une malterie, il y en a une à Beloeil, il y a aussi Dingemans en Campine…

Et le houblon ?

Il faudra bien le choisir, il y a l’aromatique, l’amérisant… On en cultive à Hognoul, à Gembloux, et j’espère un jour le cultiver moi-même, ici, à Bourgogne ! Par ailleurs le choix sera aussi crucial pour la levure, dont les  variétés produisent des polyphénols différents…Tout ça, le houblon, la levure, fait le goût original de la bière !

 En effet ! Quel type de bière comptes-tu produire ? Blonde, brune, blanche ?

Blanche, ou ambrée, on verra…

 Quelles sont les étapes de fabrication qui auront lieu à Bourgogne ?

Toutes les étapes après celle du maltage : concassage, empâtage, filtration, ébullition, houblonnage, refroidissement, puis bien sûr la fermentation…

 Et la mise en bouteille…

Suivie d’une deuxième fermentation, celle qui va donner le CO2 nécessaire à la gazéification.

Quelle quantité de bière comptes-tu produire ?

J’aurai une cuve de 100 litres et une autre de 150, donc 250 litres, et comme il faut compter un mois pour toutes les étapes…

250 litres par mois donc...

C’est bien ça. Je ne veux pas me lancer dans une production importante, je fais cela pour mon plaisir avant tout. Ce qui ne veut pas dire que je n’augmenterai jamais les quantités, on verra comment tout ça se passe !

Tu vas  donc ouvrir un lieu convivial, où nous pourrons non seulement déguster ta bière, après, pourquoi pas, une balade aux Rochettes, mais aussi manger un bout ?

Oui, je ne produirai plus de lait, mais je continuerai à aller porter celui d’amis qui font aussi du bio. J’en profiterai pour ramener du fromage, qui sera aussi vendu, avec du pain, bio lui aussi…

Quand penses-tu ouvrir cet estaminet ?

L’été prochain, j’espère…Ça dépend, les permis,…

Et beaucoup de transformations…

En effet ! Mon logement actuel sera le gîte, je déménage donc dans la partie la plus ancienne de la ferme. Et bien entendu, j’ai déjà le plus gros du matériel, mais il me faut une brasserie, des chambres froides et chaudes, une salle de fermentation, et une pièce de mise en bouteille. Sans oublier une salle conviviale de dégustation ! Tout cela, tu l’as vu, c’est prévu, il y a la place, mais il reste beaucoup à faire !

Oui, ce sera splendide, surtout la salle de dégustation ! Tu as déjà une idée des horaires d’ouverture ?

En fin de semaine, du vendredi au dimanche, de 14 à 21h. On viendra pour la dégustation, pas pour se saouler…

Et le nom de cette bière ? En lien avec Bourgogne et Charles le Téméraire ?

Pas forcément. Je voudrais que son nom montre qu’elle est brassée dans une ferme ! Mais je ne sais pas encore…

Quel que soit son nom, promis, nous serons parmi tes premiers clients !

Juin 2020:  Sentiers

Régulièrement, en collaboration avec l’administration communale de Nandrin,  nous vous proposerons des boucles de promenades dans la commune de Nandrin, avec circuit en format gpx pour vos applications de randonnée préférées, disponible sur cirkwi:

https://www.cirkwi.com/fr/nandrin

Promenade de Baugnée (14 km)

Forêts, campagnes et château.

Modéré: terrain facile, 14 km. Passages boueux en hiver. Très bonnes chaussures nécessaires.

Cette promenade part de Favence, traverse une belle forêt avant de rejoindre un des plus vieux chemins de la commune, superbe voie pavée. Après de magnifiques vues du château de Baugnée, le trajet mène, à travers campagnes et forêts, à la superbe ferme de Sotrez. Après un joli détour par le bois des Moges, la promenade traverse des campagnes et les charmants hameaux de Croix André, Le Halleux, La Vaux, Faftu, pour revenir à Favence. (A la ferme du Halleux, possibilité d’acheter une collation lactée : pensez à prendre une cuillère!).

Carte du circuit de 14 km: baugnée14.jpg

Nous proposons aussi une version un peu plus courte de 11km.

Carte du circuit de 11 km: baugnée11.jpg

Mai 2020 – Environnement 

Ecopâturage: Les moutons sur les parcelles communales!

Les moutons entretiennent des parcelle communales de Nandrin pour la deuxième année consécutive. Cette solution écologique permet aussi d’alléger le travail du personnel communal.

https://nandrin.blogs.sudinfo.be/archive/2020/05/23/pour-l-entretien-des-parcelles-les-moutons-de-retour-a-nandr-303811.html

Mai 2020 – Environnement 

Fauchage sélectif à Nandrin: Un exemple à suivre!

Notre échevin de l’environnement Sébastien Herbiet a obtenu que la commune de Nandrin pratique le « fauchage sélectif ».

Natagora a émis un communiqué de presse à ce sujet
https://us4.campaign-archive.com/?u=a1811fcb2ef0e9da65b4fd9f7&id=b9c37a3481

Un extrait:

Jean-Sébastien Rousseau-Piot explique : « En Wallonie, le pic de diversité d’espèces d’abeilles sauvages c’est début juin, mais il y a déjà beaucoup d’espèces qui nichent en ce moment. Toutes les zones fauchées maintenant impactent donc directement la nidification des abeilles sauvages qui s’y sont fixées. » Et d’ajouter « Ce week-end, à Nandrin, j’ai eu la surprise de constater une fauche de bord de route intelligente ! Les massifs en fleurs sont en grande partie évités ! Une action très simple à réaliser (c’est exactement comme éviter un poteau de signalisation) et autrement plus efficace que tous les hôtels à insectes que l’on pourrait installer. »

Jean-Sébastien Rousseau-Piot est aussi l’auteur de cette belle photo d’un exemple de fauchage sélectif à Nandrin.

Share This