Le Chat Lait de la ferme du Halleux

Une initiative sympathique et qui marche…, le Chat Lait de la ferme du Halleux. Qu’est-ce donc? Un sympathique chalet, qui abrite un distributeur automatique de lait. Annoncé dès la Route du Condroz et très bien situé, à l’entrée de la ferme, sur une rue de passage vers le village, le Chat Lait attire l’attention. Et les clients ne s’y trompent pas, cela vaut la peine de s’arrêter! Le chalet est agréablement aménagé, avec corbeilles et parterres fleuris aux alentours. Un évier, avec un essuie-main, permet de repartir les mains et la bouteille propres. Quelques recettes sont proposées, disponibles sous la forme de petits papiers suspendus à un clou…Bref, c’est joli, c’est propre, c’est soigné… et le client s’y sent accueilli. Faut dire que Raphaël et Annie Van den Bergh aiment faire les choses « convenablement ». C’est au lendemain de la crise du lait qu’ils décident de faire l’investissement du distributeur automatique, en considérant d’emblée que ce devait être une démarche à long terme. Une fois l’offre lancée, si les gens comptent dessus, il faut que cela dure. La plus grande partie de leur production laitière va à la laiterie mais ils ont maintenant un quota vente directe pour le distributeur. Afin déterminer le prix du litre de lait au distributeur, ils ont d’une part veillé à ce qu’il leur offre une meilleure rétribution mais ils ont aussi voulu que le prix reste attractif pour tous et démocratique. Ils l’ont fixé à 0,70 euro le litre, préférant un lait démocratique proposé au plus grand nombre plutôt qu’un lait plus cher, réservé à une élite. M. et Mme Van den Bergh voient dans la vente de leur lait à la ferme d’autres avantages. Ils ont la satisfaction de répondre à un besoin, à la demande d’une certaine clientèle « qui a repris goût au produit naturel ». Quant à la formule par distributeur automatique, elle offre le service rapide, au choix, on peut prendre 20cc ou 3 litres, la machine donne la quantité de lait en fonction de la monnaie introduite. Pas de dérangement du fermier. Horaire très large : de 7h à 21h, 7 jours sur 7. Mais, bien sûr, il y a le travail quotidien qui consiste à nettoyer la cuve, la remplir, vérifier son contenu, remédier aux ennuis techniques ( rares jusqu’à présent),…répondre aux soucis ou interrogations du client, qui parfois, n’a pas de monnaie, n’a pas de récipient…  Aah le récipient,… cela pourrait devenir un vrai problème  car il arrive que les gens viennent sans. Certains croient que la bouteille va descendre de la machine pour recevoir le lait…;-)  Et bien non!  Envisager un distributeur à bouteilles compliquerait fort les choses.  D’où l’idée de Raphaël Van den Bergh d’appeler le distributeur du joli nom de Fontaine à lait.

Ce contenu a été publié dans Consommation responsable, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *