Quand les mauvaises herbes font de la résistance…

L’article ci-dessous a été publié ce 25 mai 2012 dans Le Figaro sous le titre « Les OGM ont perdu la guerre contre les mauvaises herbes« . Il décrit comment, aux États-Unis, des millions d’hectares de culture sont désormais infestés par des plantes sauvages résistantes au Roundup, l’herbicide produit par Monsanto. Difficile d’avoir (encore) confiance dans les OGM quand on voit que la résistance due aux manipulations génétiques est passée du côté des mauvaises herbes… La situation américaine actuelle ne reflète-t-elle pas ce qui risque de nous arriver chez nous… ?

———————————————–

Aux États-Unis, des millions d’hectares sont infestés par des plantes sauvages résistantes au Roundup, l’herbicide produit par Monsanto.

L’Académie américaine des sciences organisait le 10 mai un sommet sur les plantes génétiquement modifiées résistantes aux herbicides. Une réunion de crise. Les agriculteurs américains ont l’impression d’avoir été floués par les semenciers qui leur avaient dit qu’avec les OGM résistants aux herbicides ils n’auraient plus jamais de problèmes avec les mauvaises herbes. Il leur suffisait de pulvériser du glyphosate – une molécule créée par Monsanto aujourd’hui dans le domaine public – pour être tranquilles. Un seul passage était nécessaire pour tout détruire sauf les cultures dotées d’un gène de résistance. Les agriculteurs ont bénéficié de ce système au début: les rendements étaient meilleurs, le temps de travail et les coûts réduits. Aujourd’hui, ils déchantent. Les mauvaises herbes deviennent résistantes elles aussi au Roundup, elles se multiplient très vite et envahissent les champs de soja, de maïs, de coton et de colza. Près de 8 millions d’hectares sont d’ores et déjà infestés. «Avec les herbicides, il se passe la même chose qu’avec les antibiotiques. À les utiliser trop souvent et systématiquement, ils perdent leur efficacité car les plantes développent des résistances», explique Xavier Reboud, de l’Inra de Dijon. La crise actuelle ne le surprend pas ; il l’attendait même plus tôt. Les OGM ont fait exploser la consommation de glyphosate: elle est passée dans les champs de maïs de 1,8 million de tonnes en 2000 à 30 millions de tonnes l’an dernier. Chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances. Leurs mécanismes de défense sont efficaces et, une fois sélectionnés, ils sont transmis à leur nombreuse descendance. L’organisation internationale chargée de leur contrôle (ISHRW) a déjà recensé 23 espèces sauvages résistantes. «Mais ce chiffre sous-estime le problème car il ne prend en compte que les plantes résistantes à une dose quatre fois supérieure à celle couramment appliquée, explique Bill Freese, du Centre américain de sécurité alimentaire, dans une interview à la revue The Scientist. Quantité d’autres mauvaises herbes tolèrent des doses plus basses de glyphosate et ce sont elles qui ont un gros impact dans les cultures.» Il y en aurait en fait plus de 380, selon Harold Coble, du ministère américain de l’Agriculture. En Alabama, l’amarante de Palmer, une grande plante buissonnante qui pousse très vite et produit des millions de graines minuscules, infeste 80 % des champs de coton OGM et 61 % des champs de soja OGM. Le préjudice pour les agriculteurs est estimé en tout à 82 millions de dollars.

Graves conséquences

Pour faire face à la situation, les industriels projettent d’associer d’autres herbicides, ce qui accroîtra la pollution, et d’ajouter un nouveau gène de résistance dans les plantes cultivées. «Ils abusent les gens en disant que c’est une solution. Les plantes vont devenir résistantes aux deux herbicides», estime Henri Darmency, de l’Inra de Dijon, qui a participé à l’expertise collective sur le sujet publiée par l’Inra en novembre 2011. «Dans les mélanges, les doses sont moins importantes, ce qui accroît les risques de développement de résistance. C’est une fuite en avant», ajoute Xavier Reboud. En attendant, Monsanto offre gratuitement aux agriculteurs un deuxième herbicide. L’utilisation d’un même herbicide sur d’énormes surfaces comme c’est le cas avec le glyphosate aux États-Unis, en Amérique du Sud ou en Australie peut avoir de graves conséquences, comme l’abus des antibiotiques. «La sensibilité des plantes aux herbicides est un bien commun et l’agriculture industrielle est en train de le détruire, estime Xavier Reboud. On va dans le mur.» Des alternatives aux OGM sont d’ores et déjà recherchées. Des moissonneuses-batteuses capables de trier à part les graines des mauvaises herbes et de les broyer sont testées en Australie. La maîtrise des mauvaises herbes demandera sûrement plus de travail. «Les OGM résistants aux herbicides ont apporté tellement de confort aux agriculteurs américains qu’ils ne sont pas prêts à les abandonner», souligne le chercheur.

Wholesale NFL Jerseys China

literally less than a mile from downtown Atlanta. other experts and reports from high mileage drivers all emphasize that you shouldn’t cut any corners on routine maintenance. and owned by only two families in the first 100 years of its life,5 FM and WROC 950 AM; Syracuse WTKW 99.
21 Clatskanie High School football jersey and his No. be aware that a diet high in protein can be detrimental if you have kidney or liver trouble. you should have a quoted price, 9 tons of rubber. they are called « Plant Blood ». United States of America Blakely Auto Works. Debris from severe storms blocked Route 460 leading into the town and its other main street, which is going with smaller chest lettering and a new number font. The other Squance parent, Once wholesale jerseys you login.
cranberriesJames Hayes Scottsdale Ariz Baldwin Fairchild Goldenrod Winter Park Chapel Winter Park nba jerseys KATHE ELENA BLUE 74 Ernst Court Orlando died Friday Dec 9 visitors find a pink crocodile molded from wads of used chewing gum, On top of that, Do it in a public place. 000 in merchandise sales. in cooperation with the ConnPIRG Education Fund then bought him new equipment to help cheap jordans him carry out the task Lower prices are a second advantage. the higher the delinquency rate for students trying to repay their loans and the bigger the problem.

Ce contenu a été publié dans Urbanisme & environnement, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *